Le simple fait que de l’argent change de mains pourrait prochainement devenir beaucoup moins privé . Des chercheurs Américains ont mis au point une nouvelle façon d’intégrer des puces de traçabilité dans du « smart » papier offrant ainsi la possibilité aux banques et aux gouvernements de se prémunir contre la contrefaçon et même de faire un suivi de l’utilisation des billets de monnaie.
Un nouveau procédé d’incrustation de puces d’identification par radiofréquence (RFID) dans le papier est venu de l’Université du Dakota du Nord de Fargo. Les chercheurs ont utilisés une instance de brevet technologie appelée LEAP Laser Enabled Advanced Packaging pour transférer et assembler les puces RFID sur le papier. Un tel « Smart » papier pourrait conduire à de nouveaux types de billets de banque ou de documents juridiques, des billets et des étiquettes intelligentes.
«Je crois que notre projet est le premier à démontrer qu’un tag RFID fonctionnel peut être intégré dans du papier», explique Val Marinov, professeur agrégé de génie industriel et de fabrication à l’université du Dakota dans une interview accordée à la BBC News.
L’idée que la technologie RFID permettra dans le futur d’avoir de l’argent à puce a aussi encouragé la Banque Centrale Européenne et la Banque du Japon à lancer des projets distincts fondés sur cette possibilité.
Des chercheurs Saoudiens ont également commencés leurs propres travaux pour intégrer des puces RFID dans la monnaie Saoudienne.
Tout les efforts visant à intégrer des puces RFID dans du papier devront permettre de surmonter des défis tels que garder la puce RFID suffisamment mince et assez solides pour survivre durant toute la durée de vie tourmenté d’un billet et d’être assez économique à fabriquer pour que l’impression d’argent à puce représente un intérêt valable.
Ces qualités de souplesse et de solidité pourrait également s’avérer utiles dans certaines autres applications au-delà du papier intelligent.
Marinov dit que la méthode au laser de son équipe est deux fois plus rapide que la plus rapide des méthodes de fabrication actuelles et qu’elle est aussi moins cher. Son équipe a présenté leur travail lors de la conférence IEEE RFID 2013 à Orlando, en Floride, du 30 Avril au 2 mai. Il a aussi expliqué la méthode en détail dans un communiqué de presse additionnel:
Nous utilisons notre technologie LEAP pour intégrer des puces à semi-conducteurs ultra-mince, ultra-petites 350 µm de coté et 20 µm d’épaisseur dans les substrats du papier avec une épaisseur <120 µm.
La technologie LEAP permet de placer rapidement et précisément ces puces ultra-minces à des endroits spécifiques et avec une orientation choisie que se soit sur des supports en matériaux rigides ou souples. Cette approche pourrait également permettre d’avoir des puce embarqués sur d’autres dispositifs comme des vêtements intelligents.
Des idées similaires pour adapter l’électronique aux matériaux souples ont émergé avec l‘encre électronique imprimable Kovio et la possibilité d’imprimer des étiquettes RFID développé par des chercheurs de l’Université Nationale Sunchon en Corée du Sud et l’Université Rice à Houston.
Si la technologie LEAP peut offrir ce qu’elle promet, cette technologie pourrait permettre le déploiement des puces RFID dans des applications aussi diverses que les cartes à puce de transport en commun ou les étiquettes de produits et ainsi rendre les puces RFID encore moins cher partout dans le monde. Cette technologie RFID pas cher et largement déployée pourrait transformer toutes nos façons de faire des affaires, en traçant le chemin de l’argent à chaque changement de mains.
Les banques et les gouvernements ont évoqués jusqu’à l’idée d’utiliser les puces RFID pour vérifier l’authenticité des billets de banque et ainsi lutter contre la contrefaçon. Les organismes chargés de faire appliquer la loi pourrait également suivre  cet argent à puce dans le cadre de leurs efforts pour lutter contre le trafic de drogue ou d’autres types de criminalité organisée.
Mais la technologie RFID appliquée pourrait également annoncer un monde futur où la traçable des billets de banque réduit davantage la vie privée et la façon dont les gens utilisent leur argent. Par exemple, les gouvernements pourraient suivre les flux d’argent dans ce qu’on appel «l’économie grise» et qui repose la plupart du temps sur des échanges de trésorerie intraçable
Source: http://spectrum.ieee.org
Photo: NDSU

A propos de l'auteur :

Électronicien de formation, j’ai travaillé pendant plus de 10 ans pour un important groupe mondial, leader dans la distributeur de matériel électronique et électrique. L’électronique, la domotique et les nouvelles technologie sont avant tout des passions et ce qui est encore plus intéressant, c’est lorsqu’on peut partager ses passions avec les autres. Aujourd’hui en tant que Directeur de "domogy.com", j’ai l’occasion de partager mon expérience avec les lecteurs du Blog, de proposer mes services pour rendre la domotique accessible à tous et de transmettre mes connaissances au cours de formations domotique.

a écrit 230 articles sur blog.domogy.com.